Le doute final

Je n’ai rien écrit  depuis mon dernier post. Donc, j’ai décidé d’arrêter la rédaction de mon premier jet de mon projet. Le sujet n’est pas assez mûre pour être cueilli. Je me suis aussi dit que j’avais peut être trop attendu avant d’écrire. Cette idée à vite été balayé. Car j’ai plus de 100 idées histoires. Si c’était trop tard pourquoi avoir tant d’idées ?

Il faut juste que je me fasse la main avec une histoire « plus simple » à raconter. Ou trouver ma façon de raconter des histoires. Je vais me lancer dans la rédaction de nouvelles. je pense que c’est pas mal pour débuter. Mais je ne suis pas convaincu que ça soit plus simple. Mais bon il faut que je trouve mes mécanismes d’écritures.  J’ai aussi penser aux contes pour enfant. Ça pourrait être pas mal aussi.

L’expérience que je tire c’est qu’il faut plus étayer mon histoire ou alors l’inverse  ne pas réfléchir comme je l’ai fait et écrire. Drôle de retour d’expérience.

Publicités

6 réflexions sur “Le doute final

  1. Bonsoir avec quelques petits orages chez moi
    L’amitié est un sentiment fort
    Il est beau de la découvrir
    Sur ton blog je peux lire tes poèmes , tes créations
    Les messages de tes amis (ies)
    C’est une appréciation forte
    On peux y trouver toutes sortes d’amis Français ou étrangers
    Quelle partage
    Sur nos blogs on vit un monde de paix
    Ce serait si beau que sur terre règne la paix règne


    Passe une belle soirée , prends soin de toi
    Bernard , bises

    J'aime

  2. Tout dépend de ce que vous voulez écrire. Pour un roman policier, il faut connaître le coupable avant de commencer à écrire et savoir comment il a procédé, sinon on ne peut pas faire la mise en place qui s’impose. Pour un roman d’amour, on peut un peu plus suivre le fil de son inspiration, assister, en quelque sorte, au développement de la relation, comme si les personnages nous imposaient leur vie. Mais, de manière générale, si on ne sait pas du tout où on va, on va dans le mur. Ce qui caractérise les contes et les nouvelles, c’est que le récit est bref et va droit au but : pas d’emberlificotages inutiles, de détails qui ne servent pas l’histoire. Ce qui fait que l’écriture peut être assez spontanée, reposer sur une idée floue ou sur le sentiment d’un truc à faire… Et la nouvelle est une bonne manière de tester son style, oui, ses capacités et ses défauts d’écriture. Mais attention que le conte est plus complexe : il doit y avoir du merveilleux. Et s’il s’adresse aux enfants, comme c’est souvent le cas, il doit leur être adapté. Donc il faut être vraiment tenté par ce genre littéraire, sinon c’est inutile de se lancer. Surtout si, à terme, on préfèrerait s’adresser à des adultes.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s